vendredi 27 juillet 2007

Ashes to ashes , dust to dust (1)

vendredi 27 juillet 2007

Quand je lisais Albert Cohen qui disait:" Avoir de la douleur, c'est vivre, c'est en être, c'est y être encore. "me revenaient souvent ces innombrales cris de douleurs que j'entends tous les jours venant de gens affolés terrifiés par ce sentiment ineffable d'avoir mal quelques part dans leur corps et qui ne demandent qu'à en être débarrassés. La douleur est La Cause de la visite chez le médecin.Ce "J'ai mal"que chacun a dit au moins une fois dans sa vie (et pour cause on peut commencer à sentir le douleur dès le 6ème mois de le vie intra-utérine.),est un cri d'alarme qui laisse souvent des doutes sur Le lieu ou il nait, corps ou âme, les deux s'y entrecroisent et s'y mêlent.Pourquoi? comment?essayons de comprendre.

La douleur C'est quoi?

Du latin dolor , "La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite en termes d’une telle lésion. La douleur est toujours subjective. Chaque individu l’apprend au travers d’expériences provoquées par des blessures au début de la vie. C’est clairement une sensation dans une (ou des) partie(s) du corps mais qui est également désagréable et donc une expérience personnelle".(1)
Ceci signifie donc que la douleur peut être assocoiée ou non à un élement nociceptif c'est à dire engendrant cette douleur.En effet, La nociception (du latin nocere, faire du mal ) est un phénomène purement physiologique. La survenue d’une lésion tissulaire stimule les nocicepteurs localisés dans la peau et les autres tissus de l’organisme. L’information est alors véhiculé sous la forme d’une impulsion électrique par des fibres spécialisées des nerfs périphériques jusqu’au système nerveux central. Le stimulus nociceptif doit atteindre un seuil minimal pour provoquer la douleur( Ce seuil est abaissé au cours de la réaction inflammatoire qui accompagne toute lésion tissulaire).(2)

Ayant perçu la sensation de douleur, il est pour autant souvent difficile de décrire le ressenti de ce phénomène douloureux ,d’en donner une définition précise et d’expliquer sa cause .En fait, l’expression du vécu de la douleur est étroitement liée à la conception du fait douloureux. Or celle-ci a évolué au cours de l’histoire,et reste fortement imprégné par l' environnement culturel de l'individu.

Dieu pourquoi J'ai mal?

La douleur n’est pas du tout considérée ni prise en compte de la même manière selon les cultures. Chaque peuple a sa propre conception de la douleur. Cette notion s’applique aussi bien aux bénéficiaires de soins qu’aux valeurs des soignants. En effet, ce ne sont pas seulement les malades qui intègrent leur douleur dans leur vision du monde, mais également les médecins et les infirmières qui projettent leurs valeurs, et souvent leurs préjugés, sur ce que vivent les patient dont ils ont la charge. . Les religions sont aussi sources de valeurs, et donc d’interprétation de la douleur d’autrui. Voyons ce qu’il en est en fonction de leurs différences:

  • Dans la Bible, la douleur est associée à une punition divine lors du non respect des lois dictées par Dieu : « Les récits de la Bible associent souvent la prospérité et la santé à la fidélité des hommes aux commandements de Dieu. Le malheur, la souffrance, la douleur frappent toute infraction à la loi. » . Mais l’interprétation qu’en fait la religion catholique est différente : « La tradition chrétienne assimile en revanche la douleur au péché originel, elle en fait une donnée inéluctable de la condition humaine. (…) L’acceptation de la douleur est une forme possible de dévotion qui rapproche de Dieu, purifie l’âme. Elle fût longtemps considérée, surtout dans l’Antiquité et au Moyen Âge, comme une grâce particulière. (…) La mort de Jésus sur la croix est essentiellement un mystère de la souffrance, un récit de la rédemption par une douleur infinie seule propre à absorber l’infini péché de l’homme. Longtemps pour le chrétien la douleur est participation sur un mode mineur aux souffrances exemplaires du Christ… » . Cette conception de la douleur est récurrente dans cette culture, ce qui expliquerait que dans les sociétés occidentales, principalement judéo-chrétiennes, la douleur est sous estimée, voir complètement occultée.
  • Dans la religion musulmane : « Le musulman est moins confronté que le chrétien ou le juif au paradoxe du juste souffrant, car si pour ces derniers Dieu est amour, pour le premier il est surtout puissance absolue. Le fidèle se remet avec patience entre les mains de Dieu et témoigne de son endurance devant l’épreuve. (…) La douleur n’est pas la sanction d’une faute, elle est prédestinée, inscrite en l’homme bien avant sa naissance. (…) Mais si Dieu a créé la douleur il a aussi donné à l’homme les moyens de la combattre par la médecine et la prière. » . Ce qui signifie que les musulmans n’ont jamais refusé de soulager la douleur, ils sont même plus souvent demandeurs de soin que les juifs ou les chrétiens car la médecine est une science connue depuis de très nombreux siècles. De plus, la religion n’entrave pas la prise en charge de la douleur.
  • Quant aux spiritualités orientales : « Le corps est douleur, parce qu’il est le lieu de la douleur. » . « La misère humaine n’est pas le fait d’une punition des dieux, mais de la seule ignorance des hommes. La libération réside dans la révélation grâce à laquelle toute souffrance s’évanouit. » . En ce qui concerne les religions polythéistes, telles que le bouddhisme ou l’hindouisme par exemple, la religion permet aux hommes de s’affranchir de la douleur par la spiritualité.
  • La douleur a une signification même pour les individus athées : « La douleur est une incisive figure du mal. Constant rappel de la fragilité morale de l’homme. (…) L’idée de la maladie méritée, de la souffrance venant punir la conduite réprouvée d’un individu est encore profondément enracinée dans les consciences contemporaines. » . Même chez les individus non religieux, la douleur est considérée comme la punition d’une faute commise.

D’autre part, les cultures aussi sont sources de valeurs et de croyances. Voici un exemple qui illustre très bien les différences qui existent entre les cultures en ce qui concerne le sens même que l’on donne à la douleur : « Un ethnologue raconte que dans la société qu’il étudie, une femme sachant qu’il possède une trousse de secours lui amène son enfant dont elle dit qu’il a un léger « bobo » au pied, la mère comme l’enfant ne semblent pas considérer la blessure avec gravité. Lorsque l’ethnologue détache le bandage en feuille de bananier de l’enfant, il découvre avec stupéfaction que l’on aperçoit l’os de l’enfant dont le pied ressemble, selon les termes de l’ethnologue à « une masse gélatineuse ». Dans cette même société, on l’appelle une autre fois au chevet d’une petite fille souffrant d’une constipation. Ce dernier cas, d’une gravité moindre aux yeux de l’ethnologue est considéré comme très grave par les membres de cette société du sud-ouest de la Tanzanie, car la constipation peut-être due à une action malveillante, par exemple celle d’un sorcier. ». (3)

to be continued..

(1) définition de l'Association Internationale pour l’Etude de la Douleur
(2)Eudolor
(3)wikipedia
(*) le livre de ma mère

12 commentaires:

Lung Ta a dit…

Bonjour

Très bon texte, merci.

J'ai d'ailleurs repris la dernière partie de ton texte sur mon blog en citant ton nom, ton site, son URL, pour parler ensuite des 4 Nobles Vérités du Bouddhisme
Si cela te posait un pb, merci de me le faire savoir.

Je suis plus interrogatif sur la signification de la douleur pour les athées, certes un athée en occident peut être marqué par la culture judéo-chrétienne, mais il me semble que c'est plus vécu comme une relation de cause à effet, donc une notion de responsabilité plus que de culpabilité (ce que j'ai cru comprendre de ce que tu écrivais)

encore merci

chaleureusement

mejhoul a dit…

enrichissant ...
Je voulais juste savoir qu'est ce qui t'as poussé à faire des recheches sur ce thème ? juste par curiosité :)

Mocka a dit…

@lung ta:
merci à toi. Je suis heureuse que le texte attérrisse chez toi(ton blog fait partie de mes mes favoris!)
ça ne peut qu'enrichir l'idée.
L'interpretation de la douleur reste un phénomène complexe et compliqué puisqu'il est incompris et que la douleur (surtout si elle est violente et chronique) suscite le questionnement : pourquoi moi? pour quoi ça m'arrive ? qu'ai-je fait de si mal pour mériter ça ? et ainsi de suite.
et c'est là qu'entrent en jeu les croyances religieuses meme pour ceux qui n'en ont pas.mais finalement ça se discute, et les réponses dépendent du cheminement personnel de chacun.

Ps: l'extrait que t'as choisis est empreinté à wikipédia(voir mes références)

@mejhoul:
merci et..
l'idée m'est venu il y'a qqes mois quand j'ai remarqué que certain patient qui se plaignaientt de douleurs articulairesou de migraines(surtout venant de l'intérieur du pays: kairouan, sidibouzid etc..)se faisaient tatouer la peau en regard du points/régions douleureuses croyant pouvoir être soulagés .Une technique ancestrale qui leur permet de retarder la visite chez le médecin pendant qqes temps!
ceci est une des raisons de mon interrogation sur le sujet, les autres tu les découvrirais peut être dans le prochain post

Arthémisia a dit…

bonjour Mocka,
ai je rêvé ou j'ai vu chez toi un article qui s'appelait "ashes to ashes"?
Arthi

Lung Ta a dit…

Je suis dans les rêves d'Arthémisia ;-) (private joke)

Lung Ta a dit…

"l'idée m'est venu il y'a qqes mois quand j'ai remarqué que certain patient qui se plaignaientt de douleurs articulairesou de migraines
"
acceptes tu de parler un peu plus de toi (ou par mail privé)
es tu médecin en Tunisie ? (psycho o autre) Thérapeute ?
chaleureusement

Mocka a dit…

vous n'avez pas tort les amis j'ai juste changer le titre du post pcq j'ai trouvé que celui là allait mieux avec le contenu. le titre était "ashes to ashes dust to dust"(tu es poussière et tu redeviendras poussière).Voilà!si vs trouvez ke je devrais le remettre.. je suis tte ouie.
@lung ta :je ne suis encore qu'une étudiante en médecine(en Tunisie).Un medecin en devenir si tu veux qui aime passionement ce qu'elle fait (d'où ce blog!).
if you Want know more,you only need to ask! :)( tu pourras trouver mon mail dans mon profil(ds la colonne à droite sur la page d'accueil).
Merci
bz à vs deux

Arthémisia a dit…

ouf! tu vois Lung Ta je ne suis pas zinzin...enfin pas complétement!!!(sourires)
Merci Mocka de m'avoir rassurée!
Le " ashes to ashes dust to dust" me plaisait bien ...mais peut-être, Mocka, le trouves tu connoté "catho"?
Dois je t'avouer que c'est aussi une de mes chansons préférées de David Bowie (1980 je crois )mais tu n'étais pas née (sourire)
Je ne sais pas si le lien que je te mets passera mais tu peux l'écouter là : http://www.youtube.com/watch?v=r44OFO-MNPo
et voilà le texte....

Do you remember a guy thats been
In such an early song
Ive heard a rumour from ground control
Oh no, dont say its true

They got a message from the action man
Im happy, hope youre happy too
Ive loved all Ive needed love
Sordid details following

The shrieking of nothing is killing
Just pictures of jap girls in synthesis and i
Aint got no money and I aint got no hair
But Im hoping to kick but the planet its glowing

Ashes to ashes, funk to funky
We know major toms a junkie
Strung out in heavens high
Hitting an all-time low

Time and again I tell myself
Ill stay clean tonight
But the little green wheels are following me
Oh no, not again
Im stuck with a valuable friend
Im happy, hope youre happy too
One flash of light but no smoking pistol

I never done good things
I never done bad things
I never did anything out of the blue, woh-o-oh
Want an axe to break the ice
Wanna come down right now

Ashes to ashes, funk to funky
We know major toms a junkie
Strung out in heavens high
Hitting an all-time low

My mother said to get things done
Youd better not mess with major tom
My mother said to get things done
Youd better not mess with major tom
My mother said to get things done
Youd better not mess with major tom
My mother said to get things done
Youd better not mess with major tom

en quelle année d'études es tu?
Pour finir mes longs blablas du jour voilà les coordonnés d'un blog qui pourrait t'intéresser.
El Gréco est tunisien, pharmacien et voyageur (mais tout cela n'est qu'un minable raccourci!) : http://rachedelgreco.blogspirit.com/
amitié d'une maman dont le fils rentre en 1ère année de médecine en septembre prochain....
Arthi

Mocka a dit…

@ Arthi:"ashes to ashes.."sera le titre du prochain post :)juste pr te faire plaisir.
Pr david bowie j'écoute très peu pcq je connais pas bq de ses chansons .. je découvre avec plaisir celle ci!
Par contre El greco,qui ne le connait pas!?un parcours hors pair!
J'espère ke ton fils est tenace pcq la medecine cDur Dur. ms si t'es là pr le soutenir, le rassurer qd le stressdevient insoutenable,je suis sur qu'il va y arriver.En tt cas ça vaut vraiment la peine est c bq de bonheur à la fin!
Ps moi je serais en 3ème septembre prochain.ma 1ère n'est pas si loin !

orchis-mauve a dit…

Je n'ai pas le temps de lire , mais je reviendrai.
Très intéressant, comme tout ce qui attire Arthi et LungTa

Mocka a dit…

@orchis-mauve: bienvenue à toi!

Lung Ta a dit…

Une bonne nouvelle Arthémisia n'est pas zinzin !
En fait il n'y a qu'une personne qui est rassurée de cette nouvelle, et qui pouvait douter, c'est elle même !!!

;-)

L'iconoclaste de passage (autre private joke d'un autre blog ;-) )

 
ANATOPIE © 2008. Design by Pocket