vendredi 18 juillet 2008

Isomères Miroirs (1)

vendredi 18 juillet 2008



Du grec isos (identique) et meros (partie) l'isomérie est définie comme étant le cas où des molécules ont la même composition atomique mais ont des arrangements d'atomes différents.
Une molécule de configuration donnée est dite chirale si elle est non superposable à son image dans un miroir plan (elle est dépourvue de plan et de centre de symétrie). Deux énantiomères (ou inverses optiques ou antipodes optiques) sont donc symétriques l'un de l'autre dans un miroir ET non superposables.(1)
Peut être est-ce l'une des plus ingénieuse loi de la nature que reconnaitre la fonction des molécules par leur simple configuration dans l'espace.Et savoir que tout le corps bat de l'aile rien qu'une enzyme ait perdu sa véritable configuration spatiale par une quelconque erreur de production m'a beaucoup intrigué en apprenant ma biochimie . Mais cette loi de symétrie et asymétrie va au delà de l'infiniment petit.
Un seul Chromosome en réalité a suffit pour faire de nous, Hommes et femmes des isomères. Semblables mais pas tout à fait. Antipodes mais à quel Point?En fait nous sommes plus identiques que différents.Nos ressemblances constituent 97.83% de la Nature humaine.Hommes et femmes , ont deux jambes , deux bras une tête et leur vie tournent autour des mêmes dimensions, l'amour le travail , la santé, etc..
Cette différence de 2.17% bien que très fortement imprégnée par la culture et l'environnement social reste en grand partie due à la génétique .En gros ce n'est qu'une question d'ADN.La femme a deux chromosome X alors que l'homme a un X et un Y.
Pourquoi sommes nous donc faits ainsi? et comment s'imprègnent nos corps (nos âmes? )et notre santé de cette différence?

Au commencement l'Androgynie

Selon le premier récit de la Création de la Genèse, Adam, l'homme originel, apparaît sous un aspect hermaphrodite, image d'une unité première encore indifférenciée et antérieure au surgissement du temps, conçue comme sphérique, « œuf primordial » ou « embryon de l'Immortel » et présentée dans de nombreuses cultures comme l'innocence ou l'âge d'or à reconquérir. Chez les latins, l'indécision sexuelle des dieux fut chose fréquente, de même que la mythologie grecque propose un grand nombre de divinités bisexuelles comme Adonis, Dionysos ou Aphrodite. Au reste, cette association de l'origine, de la bisexualité et de la sphère ovoïde se retrouve dans Le Banquet de Platon, où il est dit qu'au début des temps était un être unique sphérique qui pour la forme comme pour le nom - Androgyne est son nom (andro, mâle / gyne, femelle) - tenait à la fois du mâle et de la femelle avec quatre bras et quatre jambes, deux organes de génération et deux têtes. Mais cette constitution donnait aux hommes une vigueur rayonnante et une puissance spécifique telles que très vite ils décidèrent de s'en prendre aux dieux, d'escalader le ciel pour les attaquer. Alors, un dieu en colère les coupa en deux moitiés pourvues chacune d'un visage, afin qu'elles se regardent et mènent une existence différenciée, les arrachant de ce fait à leur félicité circulaire. Aristophane de commenter: « C'est sans doute de ces temps reculés que date l'amour inné de l'homme pour son semblable, l'amour qui tente de retrouver notre condition première, de refaire l'unité rompue et de rétablir ainsi la nature humaine. » A partir de là, ces deux tronçons, jetés au hasard dans le monde, vont errer et se chercher, malheureux et incomplets, jusqu'à ce qu'ils "reconnaissent" celui ou celle qui, de toute éternité, représente la "moitié" disparue. C'est leur destin, leur fatalité: s'ils y échappent, ils ne pourront jamais se réaliser. Ajoutons cependant que les hommes qui sont amoureux des femmes ou les femmes qui aiment les hommes ne forment qu'une catégorie d'êtres humains. Il y en a deux autres: les femmes qui se tournent plutôt vers les femmes parce qu'elles sont "une coupure de femme" et les hommes qui aiment les hommes et qui ont du plaisir à s'enlacer à eux, parce qu'ils sont "une coupure d'homme". De ces trois catégories, Platon privilégiait moralement la troisième, car l'amour, selon lui, ne devait pas s'arrêter à l'amour de l'Autre, à une relation intersubjectice, c'était une aspiration à la Beauté dans sa neutralité intelligible, en vue de l'immortalité. Et là on peut soupçonner qu'il désirait le retour au Même, à l'Origine, source de volupté, qui est bien un souvenir, non pas du voyage de l'âme avant la naissance, mais d'un lieu souterrain, en forme de grotte...
Selon la doctrine chrétienne, il existe, au demeurant, une étroite corrélation entre Adam et le Christ. La divinisation à laquelle l’homme est convié lui fait retrouver cet androgynat perdu par l’Adam différencié et rétabli grâce au Christ – Nouvel Adam, ‹‹ héros-crucifié-ressuscité-sauveur ››.
Qu’on évoque le Banquet de Platon ou encore les doctrines des gnoses chrétiennes, le romantisme ou le surréalisme, l’androgynie est toujours présentée comme l’état initial qui doit être reconquis, le bonheur suprême. Las, seule la mort confère à l’être cette unité détruite par la vie, dans la mesure où, derrière la recherche de l’Amour, se dissimule ’aspiration à une existence paradisiaque, au retour à l’indistinction primordiale. Les psychanalystes partagent l’opinion des mystiques, quand ils notent qu’en tout être humain et à tous ses niveaux d’existence coexistent la vie et la mort, Eros et Thanatos, à savoir une tension entre des forces contraires. ‹‹ Ressembler à un tubercule, être recouvert de terre, ne plus supporter arrachement des entrailles ›› comme l’écrit
Violette Leduc, c’est encore une fois assimiler la terre à la mère et réaliser le retour tant désiré à une totalité sans fissure, au séjour dans un lieu originel où le sexe n’était pas encore déterminé. L’idée est toujours la même: mourir à une forme de vie pour renaître à une autre forme, régénéré par le contact vivifiant avec la terre.




To be continued



(1)Stéréoisomérie
(2)androgynie anorexie-Patricia bourcillier

3 commentaires:

elgreco a dit…

après une longue absence
je retrouve tes rivages et m'abreuve de ta belle plume
avec joie

bizzz

Arthémisia a dit…

Coucou, la belle!
Voilà quelque chose que j'ai écrit il y a longtemps sur une XX...
Bonne lecture et bises à partager avec Rached.
Arthi


XX


Un x. Je suis un x.
24ème lettre de l’alphabet.
Je pourrai être un simple x, un x banal, l’x inconnu d’une fonction mathématique quelconque, la variable, l’x de l’abscisse. L’x ou y qu’on emploie quand on ne connaît pas, quand on veut évoquer le général. J’aurai préféré m’appeler « lambda ». C’est presque une lambada, cette lettre là.
X, c’est militaire. Ca sent le polytechnicien à plein nez, le roulement de tambour, le savoir, la tête de classe et le 14 juillet.

Mais l’x, c’est aussi celui qu’on rajoute à chou, à bijou, et à miaou…quand on veut qu’ils soient plusieurs.
Eh oui, je suis plusieurs. Ici on est même deux. XX. Il en faut deux pour la faire, elle. Elle vaut 2x. C’est mathématique. X+X = elle.

Traçons la courbe de cette fonction, x+x.
Allez, faites un effort, même si les maths, vous hérissent le poil. Et remarquez que je vous ai déjà donné des pistes de réflexion. J’ai dit « courbe». J’aurai dû d’ailleurs dire « courbes ». Si, beaucoup de choses vont par deux chez elle. Les seins, les fesses, les cuisses, les bras,…2, 2, 2. Cela en fait des courbes. Certaines sont très rondes, très arquées, très sphériques : le sein, la fesse, la bouche…D’autres plus dunaires : le ventre, la joue, la cuisse…Voilà, votre schéma prend forme. N’oubliez pas non plus la courbe des oreilles, la souplesse de la main (ça peut toujours servir…) Bon, le dessin se précise.

Mais êtes vous sûr d’avoir utilisé les bonnes couleurs ? Sous le talon apparaît un abricot léger, mais le mollet est un soleil couchant sur la Bourgogne. La cuisse a des teintes de sable alors que celles de la fesse copient la coquille de certains œufs qui se piquettent de rose. Morsures ?
Le dos, surtout aux creux des reins et le long de la colonne, est fait de vin gris alors que sur l’épaule s’attardent quelques neiges de printemps. Le ventre garde des vestiges dorés de l’été. Le sein est blanc, laiteux, de transparence, veiné de lapis.
L’oreille de précieuse nacre repose dans le tapis de buvard du cou sur lequel se répand la blondeur rembranesque du cheveu.
Peau fine, duvet blond, ongles lunaires.

Et la matière me direz vous ?
De rugueuse au talon, elle devient plus douce et pleine sur les rondeurs du mollet. L’arrière de la cuisse est lui d’une texture plus fine mais garde de la fermeté pour répondre à la main comme la voile répond au vent.
La fesse est de satin, de fruit frais et mur, de sucre.
Au creux des reins, la chair se perd pour l’os et la peau le long de la colonne vertébrale trouve la résonance de la toile tendue sur le châssis.
L’opale du ventre n’oublie pas l’enfant et le sein la tendresse.
Aux épaules, la chair se fait galet poli par la marée, et redevient duveteuse dans le cou pour mourir à la naissance de la chevelure.

Tout ceci est bien tentant me direz vous ?
Mais le x aussi fait la chiante, l’emmerdeuse…, la râleuse, la jamais contente, l’indécise, la perfectionniste, la difficile, la toujours en retard, la trop sensible et parfois la si dure.
L’x fait la dépensière, la fainéante, la maniaque de boulot, la sombre, la pleurnicharde.
Celle qui squatte la salle de bain, accroche la voiture, laisse sa tasse de café traîner, et veut regarder le documentaire artistique sur la 5 alors qu’elle va s’endormir devant et qu’il a du foot sur la 1ère.
Celle qui remplit ses placards de strings et de chaussures et vous achète des chemises de ouf. Celle qui veut manger des huîtres et du chou râpé tous les jours, oublie d’acheter votre entrecôte du samedi et n’a jamais su éplucher une patate pour en faire des frites.
Et cætera…

Pourquoi, Papa n’as tu pas utilisé un y ? Tu aurais eu un fils…Cela aurait peut-être été plus facile ? Ou pire ?
Être une fille, ta fille c’est déjà tellement être toi…

Copyright © Arthémisia – novembre 2005

Mocka a dit…

j'ai adoré cette valse du XX.
Si tu savais ce qu'un tout petit X peut faire!!Sans lui la vie est tout simplement inconcevable.pourquoi?ça serait le sujet du prochain post.
Mais je voudrais rappeler que l'on naît pas fille pcq on a 2 X.On est fille pcq qu'on n'a pas de Y.
Mieux encore, certaines filles sont XY.eh oui Dans la vie Rien n'est jamais impossible!!

 
ANATOPIE © 2008. Design by Pocket